samedi 7 janvier 2017

07/01/2017

Aix.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Cette fois je vous épargnerais mon anglais approximatif pour m’exprimer plus à mon aise dans la langue de Molière. Quoiqu’il en soit je voulais simplement faire suite à mon message du 20/11/2016, en espérant que votre lecture vous aura plu.
Je souhaite ici et surtout vous faire part de mon admiration profonde quant au cliché que vous avez pris le lendemain place de la Bastille. Je note votre chemise bleue, couleur des initiés, notamment des Schtroumpfs. Mais je reviendrais plus tard sur le bonnet phrygien. Je remarque aussi un magnifique « i » au centre d’un cercle rouge, mais je ne m’étendrais pas ici sur la Cabale puisque je ne suis pas Rabelais et même si le « i » droit, aligné et coiffé d’un point est loin d’être anodin. On ne peut évidemment exclure le panneau solaire. En arrière plan, la colonne de juillet resplendi d’un beau vert. Le vert, le rouge, le bleu, sans oublier votre veste noire, les couleurs sont à la fête, mais de quelle fête s’agit-il? Et bien le bonnet phrygien des Smurfs, en langue  « anglée » (cf. expressions de Milou dans l’Oeuvre d’Hergé), le jeux des couleurs, la place de la bastille, le « i », le panneau solaire, tous ces indices nous prêtent à penser que l’essentiel est caché. En effet, le génie de la liberté est absent de l’image et c’est donc par son absence qu’il brille pour celui qui cherche à percevoir. Comment ne pas alors faire le lien entre le bonnet phrygien, 7ème grade du mithraïsme et ce fameux génie qui tout comme la Statue de la Liberté arbore les attributs du 6ème grade, le messager du Soleil… On s’y retrouve finalement.
Bienvenue dans mon monde du réalisme fantastique que vous alimentez à merveille. Si d’aventure vous continuez à prétendre que vous ne faites pas de l’art, je serrerais les dents de rage en vous disant qu’il y a un Magritte qui sommeille en vous. Par là même j’aurais l’outrecuidance de vous suggérer une référence, celle-ci de taille, le travail d’une vie: « L’ordre caché de l’art » de Anton Ehrenzweig
Finalement, vous ne m’avez pas l’air d’une personne à se laisser phagocyter par autrui, surtout d’anonymes « mariolles » et je vous rassurerais donc en disant que je vis à Montréal. Ceci étant la première et dernière information me concernant puisque l’intérêt de cet échange se situe dans d’autres sphères.
Bien à vous et Happy New Year !
C.